Valérie Glover Drolet

J’ai commencé à peindre pour me rapprocher de mon père ,Bill, maintenant défunt. Il m’avait dit qu’il trouvait beaucoup de joie dans ses cours d’art et qu’ils faisaient une grande différence pour lui d’avoir un exutoire créatif et réduisaient aussi sa solitude du soir. Après une journée passée à prendre soin de ma mère Lillian, qui avait une démence avancée, il pouvait se plonger dans son art et trouver la joie, et l’accomplissement...

J’ai trouvé que la peinture et le dessin m’ont aussi aidée pendant l’isolement lié à la COVID-19. Je sentais une connexion avec les images de la nature et vraiment commençais à voir quelles formes et textures rendaient chacune d’elles unique. Même si je ne pouvais pas aller à la mer, je pouvais essayer de capturer le rythme des vagues qui s’écrasaient sur le rivage rempli d’ornières sablonneuses et de gouttelettes d’eau dans l’air. J’ai commencé à prendre mon temps et à ralentir. C’est rare pour moi. J’aimais appliquer et mélanger des couleurs et créer une œuvre personnelle de la nature et c’est devenu mon bonheur. Les hortensias sont dans mon jardin, mais mes peintures ont les couleurs que j’aimerais capturer, le violet et le mauve. Moi aussi, je ressens un sentiment d’accomplissement et d’épanouissement. J’apprends à cultiver le regard et la patience.

J’ai trouvé que l’apprentissage et l’essai de différents styles dans le dessin me reliaient à quelque chose d’autre qui était en faible quantité aussi. L’humour! J’ai adoré recréer les Gossip Girls Geese, et Einstein sur le dos des moutons et les folles créations des années 60. Mais j’ai aussi adoré voir le travail que d’autres artistes ont fièrement montré. J’ai appris un peu à les connaitre; Paule, ses chats, Helen, et surtout Ben, qui a toujours eu un élément de surprise et une ménagerie d’animaux qui rayonnait d’humour et d’abandon joyeux.

----

I took up painting as a way to connect with my late father. Bill. He told me he found great joy in his art classes and it made a big difference for him having a creative outlet and curbing his evening loneliness. After a day spent taking care of my mum Lillian, who had advanced dementia, he could immerse himself in his art and find joy, and fulfillment... 

I found painting and drawing worked for me too during COVID isolation. I could connect with the pictures of nature and really begin to see what shapes and textures made each one unique. Even if I couldn't go to the sea, I could try and capture the rhythm of the waves crashing onto the shoreline filled with sandy ruts and water droplets in the air. I started to really take my time and slow down. A rare thing for me. I loved applying and mixing colours up and creating a personal canvass of nature and it became my bliss. Hydrangeas are in my garden, but my painted ones have the colours I would love to capture, violets and mauves. I too feel a sense of accomplishment and fulfillment. I am getting to cultivate looking and patience. 

I found that learning about and trying out different styles in drawing connected me with something else that was in low supply also. Humour. I loved recreating the Gossip Girls Geese, and Einstein on the sheep backs and crazy 60s designs. But I also loved seeing the work that other artists proudly showed. I learned a bit about them, Paule, her cats, Helen, and especially Ben, who always had a surprise element and a menagerie of animals that radiated humour and joyful abandon.

Visit more artists and enjoy more artwork

Visitez plus d'artistes et profitez de plus d'œuvres 

Language
EN
Open drop down